Un peu comme un sportif de haut niveau, un militaire vie une carrière professionnelle plus courte que beaucoup d’autres corps de métiers. Et plus un militaire part en déplacements à l’étranger et plus il agit sur des opérations lors de conflits, plus il aura l’opportunité de partir à la « retraite » rapidement.

Une « retraite » qui n’en est pas vraiment une, car même s’ils perçoivent une pension, les militaires partant à la retraite sont généralement trop jeunes pour enfiler directement des pantoufles. En moyenne, un militaire part à la retraite à l’âge de 43 ans. De plus, les pensions versées ne sont pas très élevées globalement. Pour bien vivre, il est souvent préférable de trouver un complément de revenu.

Donc quasiment tous les militaires en fin de carrière sont confrontés à la même question : que vais-je pouvoir faire après ? Quel métier vais-je pouvoir exercer ? Quelles sont les reconversions possibles ?

Le droit à la reconversion

Tout d’abord, il faut savoir que la reconversion est un droit inscrit dans le statut général des militaires. L’aide à la reconversion dépendra de l’ancienneté. Cette aide peut se concrétiser sous la forme d’un accompagnement, d’une remise à niveau scolaire, d’une aide à la recherche d’emploi ou du financement d’une formation pour apprendre un nouveau métier.

Il est donc important pour un militaire de prendre les devants en anticipant le plus possible son départ. En fonction de ce qu’il souhaite faire, il pourra ainsi choisir une formation adaptée.

Les reconversions dans la sécurité

Les secteurs d’activités les plus ouverts aux anciens militaires concernent logiquement la sécurité et le maintien de l’ordre. L’expérience et le savoir-faire des militaires de terrain est bien entendu fortement apprécié dans ce secteur.

Exemples d’emplois :

  • Agent de sécurité (magasins, grandes surfaces, évènements …)
  • Garde du corps
  • Veilleur de nuit
  • Maître-chien
  • Convoyeur de fonds

Les reconversions dans le service public

Chaque année, environ deux milles anciens militaires sont recrutés par des collectivités territoriales via deux dispositifs spécifiques : le détachement-intégration et les emplois dits “réservés”.

Le détachement-intégration est proposé aux militaires disposant de plus de dix ans d’ancienneté. Le principe est de transféré le militaire vers un corps de service public après un stage probatoire de deux mois.

De leur côté, les emplois « réservés » sont liée à la reconnaissance de qualifications, à l’expérience professionnelle et à la formalisation d’un projet professionnel. Les candidats doivent être inscrit sur les listes correspondants à ses aptitudes.

Les autres voies sont le concours, le contrat de droit public ou le détachement “classique”.

Les reconversions dans l’entreprenariat

Pour changer totalement de fonctionnement et d’environnement professionnel, certains militaires souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. La rigueur, l’organisation et l’ordre sont généralement des atouts importants dans ce choix mais il est conseillé de bien préparé son projet pour éviter les mauvaises surprises.

De plus, les militaires peuvent justement utiliser leur droit à la reconversion pour réaliser une formation en adéquation avec le projet en question. Une étape importante qui leur permet de se perfectionner dans la gestion, la communication ou l’administration de leur future entreprise.

Les opportunités sont nombreuses, voici quelques exemples :

  • Ouvrir une franchise ou un magasin
  • Lancer une start-up
  • Consultant en sécurité
  • Coach sportif
  • Cascadeur

Enfin, en fonction du projet, le choix du statut juridique sera très important : EURL, SARL, autoentrepreneur ou encore portage salarial. Bien entendu, le portage salarial est sans doute la solution la plus adaptée et la plus confortable car elle libère l’entrepreneur de nombreuses démarches administratives pour se concentrer uniquement sur l’action.