écouter son corps

nathalie decrette Nathalie DECRETTE est Somato et Psychopédagogue en portage salarial. Elle exerce cette activité à son compte depuis maintenant plus de 20 ans.

Elle fait partie de la grande famille des salariés portés chez SKALIS. Nous somme particulièrement contents de pouvoir lui donner la parole pour nous présenter son parcours et son expérience.

Paroles d’une somato-psychopédagogue indépendante

SKALIS : Bonjour Nathalie, quelle est votre activité ?
Nathalie DECRETTE : “Je suis Somato-Psychopédagogue.”

SKALIS : Pouvez-vous nous dire en quoi ça consiste ?
Nathalie DECRETTE : “Il s’agit d’un travail d’accompagnement des personnes, du bébé à l’adulte, via le corps. L’objectif est d’éveiller la personne à une perception subtile de soi pour l’amener à une autonomie.

Cet éveil se fait à travers différentes voies de passages qui se complètent et s’adaptent aux besoins rencontrés : Toucher manuel, Gymnastique Sensorielle, Introspection sensorielle, Entretien verbal à médiation corporelle.

simuler mon salaire

Cette pratique, tout en visant l’éveil, la présence à soi, la conscience, apporte un véritable bien-être par une détente profonde, agit sur les douleurs chroniques, et offre à la personne l’opportunité de confronter ses systèmes de pensée et de se transformer en profondeur.”

SKALIS : Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?
Nathalie DECRETTE : “J’exerce cette activité depuis 20 ans. En cabinet mais aussi en tant qu’intervenante au sein de certaines structures. J’ai également été formatrice de futurs somato-psychopédagogues. J’anime régulièrement des groupes de Gymnastique Sensorielle, la partie gestuelle de notre pratique.”

SKALIS : Quel parcours vous a amené à vous lancer en indépendant ?
Nathalie DECRETTE : “J’ai toujours été indépendante dans mon attitude. J’ai passé 18 ans de ma vie à exercer dans le milieu du spectacle en faisant des choix très clairs. Puis par choix encore une fois j’ai quitté celui-ci pour me former à l’accompagnement.

J’ai exercé alors cette activité à travers différents statuts. En profession libérale d’abord car il n’y avait alors pas grand choix quand je me suis installée. Puis en arrivant à Rouen en 2013, j’ai rejoins une Scop CAE (coopérative d’activités et d’emploi). J’étais attirée par le collectif avec pourtant la possibilité de préserver l’autonomie de mon activité. Depuis 2018 j’ai rejoins SKALIS et le portage salarial.”

SKALIS : Pourquoi avoir opter pour le portage salarial ?
Nathalie DECRETTE : “Il me tenait à coeur de pouvoir conserver un statut de salariée pour préserver mes avantages sociaux, sachant que mon activité fait partie des activités qui peuvent facilement devenir précaires.”

SKALIS : Quel est votre meilleur souvenir en tant que freelance jusqu’à présent ?
Nathalie DECRETTE : “Il m’est difficile de répondre à cette question car aucun événement ne vient se détacher particulièrement dans ce parcours. C’est plutôt la décision même de l’indépendance qui reste marquante.”

“Etre indépendant ne veut pas dire se passer des autres”

SKALIS : Vous êtes plutôt co-working ou home-office?
Nathalie DECRETTE : “Je suis un beau mélange des deux ! J’ai besoin et plaisir tout à la fois à partager expériences et projets avec d’autres personnes car c’est un indéniable enrichissement. Pas forcément de la même pratique mais parfois de pratiques complémentaires. J’ai aussi besoin de moments pendant lesquels j’affine ma pratique en solitaire de façon plus introspective.”

SKALIS : Une journée type de travail, ça ressemble à quoi ?
Nathalie DECRETTE : “Mon travail se fait à la fois par des rendez-vous successifs en cabinet, des cours hebdomadaires, des écrits sur ma pratique, des « entrainements » indispensables, des interventions à l’extérieur, et donc les journées ne se ressemblent pas forcément.”

SKALIS : Enfin, si vous deviez donner 3 conseils à ceux qui veulent se lancer en indépendant, quels seraient-ils ?
Nathalie DECRETTE : “Voici mes 3 conseils :

  1. Etre indépendant ne veut pas dire se passer des autres, et il faut savoir trouver des appuis dans l’échange avec ses pairs…On devrait d’ailleurs plutôt nous appeler des « autonomes » !
  2. Croyez en ce que vous faites et dans votre parcours sans attendre que les autres y croient pour vous.
  3. N’hésiter pas à demander conseil et à rencontrer avant de vous lancer, des gens qui ont différentes expériences en tant qu’indépendants pour sentir ce qui est e plus juste pour vous.”

Enfin, pour contacter Nathalie et en savoir plus sur son activité, nous vous invitons à consulter son site internet nathaliedecrette.jimdo.com

simuler mon salaire